Dérèglement climatique

Fil des billets

Une mesure internationale pour lutter contre le dérèglement climatique et la pollution de l'air

.

VOTRE DOMAINE D'ACTIVITÉ / NOM ET PRÉNOM (facultatif) 

Barbara. 36 ans.

QUEL POINT SOUHAITERIEZ-VOUS AMÉLIORER ?

Je propose une mesure pouvant être mise en oeuvre rapidement pour contrer le dérèglement climatique (à ajouter à un travail de fond).

DESCRIPTION DÉTAILLÉE DU PROBLÈME

Il faut se rendre à l'évidence : les règles actuelles du « jeu de la vie sur terre » sont devenues obsolètes, car notre planète esquintée est en train de changer la donne.

En France, interdire aux voitures de rouler, en alternance, pendant une seule journée, alors que le problème de pollution de l'air dure depuis plusieurs semaines, est une mesure ridicule. Je propose donc une nouvelle règle, qui obligera tout le monde à s'impliquer dans le problème du dérèglement climatique.

VOTRE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES CHOSES 

Lorsque la pollution de l'air sur un territoire donné, atteint par exemple le niveau 50 (mesures citeair ou Airparif pour la région parisienne), afin de ne pas continuer à faire monter la pollution et la chaleur par nos activités, il faudrait qu'on décide de créer des « Journées pour la Santé et la Planète » pendant lesquelles il y aurait un gel total de nos activités. Ce serait des journées chômées, un peu comme des dimanches, où personne n'aurait le droit de se déplacer en voiture ni en bus diesel, et où toutes les usines cesseraient leurs activités. Seules, les véhicules d'urgence et les camions de livraison alimentaires hybrides auraient le droit de rouler.

Ces jours là, on ne serait pas payés, (il pourrait y avoir un minimum alloué pour les plus défavorisés).

Mais les personnes qui auraient contracté des prêts (à la banque ou autre) ne seraient pas tenues de rembourser les sommes dues aux organismes de prêt pour ces journées. De cette façon, les banques perdront de l'argent en cas de pollution. Et lorsqu'elles prêteront de l'argent à une industrie qui veut s'installer, elles vérifieront très attentivement que ces usines ne polluent pas et peuvent s'arrêter de tourner et se remettre en route aisément. On peut aussi imaginer une mesure moins contraignante qui serait de reporter d'autant de jours chômés la durée du remboursement des prêts.

Ces journées pour la Santé et la Planète se prolongeraient jusqu'à ce que le niveau de pollution repasse en vert.

Pour ne pas pénaliser financièrement un pays par rapport à l'autre, ce système pourrait être mis en place sur toute la planète (Health and Planet Days). Un crédit de 50 Planet days par an serait alloué à chaque Etat. Charge à eux de les répartir au moment des pics de pollution. Tous les Planet Days devront être utilisés à la fin de l'année, et s'il a eu peu de pics de pollution, ou de catastrophe naturelle nécessitant leur emploi, ils devront être utilisés par le pays concerné comme vacances. Aucun Planet Day ne pourra être vendu ou reporté d'un pays à l'autre. Si des pays ne respectent pas cette obligation, ils auront à payer des amendes considérables pour avoir mis en danger la santé de la planète et de ses habitants.

Chez nous, en France, je crois qu'on pourrait faire passer une telle loi, car le Principe de Précaution a valeur de constitution et que tout doit, normalement, plier devant lui.

NB : il faudra être très attentifs à ce que les normes de pollution de l'air ne soient pas revues à la hausse, comme l'ont été celles de l'eau en 2010 (on a multiplié par 5 le taux de pesticides admis dans l'eau potable).

L'AVIS DU JURISTE ET / OU DU SPÉCIALISTE :



Cette proposition est très intéressante pour empêcher que des pics de pollution et de réchauffement ne s'installent durablement, si elle s'applique à la planète entière. Cela nécessite une prise en charge globale du dérèglement climatique par tous les gouvernements, au Bourget, en 2015.

Pour que ce système fonctionne, il faudrait également que toutes les charges des entreprises soient reportées, durant ces "journées chômées pour la Planète et la Santé". Car les entreprises risqueraient de ne plus être capables de rembourser leurs emprunts, même plus tard, si leurs charges hors remboursement ne sont pas reportées.

Il faudra aussi agir sur l'isolation des habitations chauffées au fuel, équiper les cheminées à bois de système de récupération des particules fines et des gaz, empêcher les agriculteurs de traiter aux pesticides ou d'épandre les lisiers de leurs élevages intensifs lorsque les conditions atmosphériques sont propices à l'apparition d'un pic de pollution (l'ammoniac des lisiers est précurseur de particules fines secondaires).

                                             .